02/07/2015

Quand allez-vous nous permettre d'acheter français?



Aujourd'hui, si on ne fréquente pas les marchés locaux (et encore, tous les marchés ne regorgent pas de produits frais à un prix raisonnable), consommer français et éthique est quasiment impossible. Et particulièrement dans le monde de la grande distribution ...

En province, manger local est particulièrement normal pour beaucoup de gens. On mange bien, on encourage le travail d'un local, de la solidarité s'instaure, de facto. C'est souvent du direct producteur-consommateur. La relation humaine fait toute la différence. Si la transaction est honnête, la fidélisation sera évidente.On ne se pose pas vraiment de questions si ça prend plus de temps ou pas, c'est une façon de vivre.

Dans les grandes agglomérations, on a tendance à favoriser le supermarché. Parce que c'est pratique, parce qu'on n'a pas à courir d'un magasin à l'autre, parce qu'au fond, on passe déjà trop de temps dans les transports ou à chercher un stationnement ou que finalement, les commerçants ne sont pas spécialement avenants...
Bon bref. On finit au supermarché plus souvent qu'on le souhaiterait.
Or, force est de constater, que vouloir consciemment consommer français dans un supermarché est un casse-tête (chinois?) !
La provenance des matières premières est bien souvent mal indiquée sur les emballages. En lisant en détail les étiquettes, on arrive à savoir qui et où est localisé le distributeur, parfois on a même le droit de savoir où le produit a été transformé mais cela ne veut absolument rien dire sur la provenance des matières premières. Et comme dit l'expression : "dans le doute, abstiens-toi!".

On voit bien que le gouvernement n'est pas encore prêt à légiférer sur la question pour des raisons de politique internationale. Il devient, de toutes façons, chaque jour plus évident que ce n'est pas le monde politique qui nous sortira de la crise. La solution doit venir de nous en tant que professionnel et citoyen. Que pouvons-nous faire pour encourager le développement de notre économie?
Nous sommes de plus en plus nombreux à avoir envie de retrouver le goût des produits français et ainsi contribuer au redressement du pays.



Pourquoi les distributeurs n'encouragent que timidement l'origine française des produits? A cause du pourcentage de produits d'origine étrangère dans leurs rayons? Fine. C'est un fait, comme dans tous les autres supermarchés. Et puis, avec une campagne de pub bien menée, cela peut mener à des résultats similaires aux fruits et légumes moches en favorisant cette fois, les productions nationales.

Quel grand de la distribution sera le premier à tenter l'expérience d'étiqueter systématiquement l'origine des produits qu'il vend? La traçabilité des produits est déjà connue, pourquoi ne pas partager cette information avec ceux qui souhaiteraient la connaître, sans passer 10 minutes à lire l'étiquette, pour ne pas trouver l'information et donc abandonner l'idée d'acheter votre produit?
On le fait déjà pour le café. Pourquoi pas avec l'ensemble des produits du magasin?

Je rêve au jour où ceux qui ont une des clés de la sortie de crise comprendront le rôle qu'ils ont à jouer pour redresser le pays et acteront. Les citoyens, eux, sont déjà à l'action.

En attendant, je vais continuer à lire les étiquettes pour trouver des cornichons français : si vous ne connaissez pas le scandale du cornichon, lisez l'article ici, il en vaut vraiment la peine...

--------------------

Par Emmanuelle Huss-Jossot

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Afin de respecter l'état d'esprit de ce blog, veillez à utiliser un langage respectueux.