A partir de quand votre personnel vous est-il acquis?

Au détour de conversations, j'entends souvent les dirigeants français se résigner à avoir un turn-over important. Pourtant, le moins que l'on puisse dire, c'est que l'employé qui souhaite changer d'emploi doit vraiment le vouloir par les temps qui courent entre le taux de chômeurs et les contraintes liées à la démission (perd l'avantage du CDI en ayant très souvent une période probatoire dans le nouvel emploi, perte des avantages d'ancienneté, doit trouver un poste qui peut l'attendre le temps qu'il réalise son préavis de départ)... On ne peut pas dire que le marché du travail favorise la mobilité!
Alors que se passe-t-il?
Dans la réalité, lorsqu'un employé signe son contrat à durée indéterminée, on le considère trop souvent comme acquis. Et c'est là que la principale erreur commence. Garder ses employés demande de garder en tête qu'ils ne vont seront jamais acquis. Que du jour au lendemain, ils peuvent vous quitter sans envisager de retour arrière possible. C'est ainsi. Les seuls employeurs qui réussiront à limiter (voire annihiler pour certaines rares entreprises) le taux de turn-over seront ceux qui sauront garder en tête le privilège qu'ils ont d'avoir choisi tel employé et qui sauront aller chercher le meilleur de chacun en répondant à leurs besoins individuels. A contrario, surenchérir à l'offre offerte à votre employé une fois la démission posée servira rarement à quelque chose sinon à retarder l'échéance du départ ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle...
Pour aller un peu plus loin, je vous propose de lire ou relire : Pourquoi vos employés démissionnent?

--------------------
Par Emmanuelle Huss-Jossot

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Afin de respecter l'état d'esprit de ce blog, veillez à utiliser un langage respectueux.